ACCUEIL
   LIENS
   REGIME
   COLORIAGES
   CADEAUX
   CREDITS
r
CONCEPTION LA GROSSESSE L'ACCOUCHEMENT ALLAITEMENT ALIMENTATION DE L'ENFANT BEAUTE RENCONTRES
Retour à la maison







Bébé et ses petites misères : le retour à la maison après l'accouchement

Les coliques en fin de journée
Fréquentes jusqu'à 3 ou 4 mois, ces coliques se répètent tous les jours, souvent à partir de 17 heures. Bébé s'agite et pleure après le repas, crie en repliant ses jambes vers son abdomen, se raidit, est un peu ballonné et émet des gaz. La crise peut durer une demi-heure, une heure, ou plus... Cela parait interminable. Pour expliquer ces coliques, plusieurs hypothèses sont avancées. Les fonctions digestives du tout-petit n'étant pas encore bien réglées, les crises seraient provoquées en partie par des distensions abdominales dues à une accumulation de gaz. D'autres études invoquent une intolérance aux protéines du lait de vache, une fermentation par intolérance au lactose du lait, une allergie... Mais un climat familial agité, l'angoisse de la maman peuvent aggraver les choses, l'enfant devenant de plus en plus tendu.

Que peut-on faire ? Veillez à ce que Bébé ne boive pas comme un glouton et essayez de trouver après le repas la position qui le soulage. Vous pouvez vous asseoir et le mettre à plat ventre sur vos jambes, ou le bercer en le tenant sur votre bras, lui masser doucement le ventre... Promenés dans le porte-bébé, certains petits se calment. Il ne faut donc pas hésiter à l'utiliser à la maison. En tout cas, changer sans cesse de lait n'est pas une bonne chose. Parlez-en avec le pédiatre, car les médecins connaissent ceux qui sont les plus adaptés. Certains préconisent de donner un lait anallergique (désormais remboursé, à ne pas confondre avec les laits hypoallergéniques). Lors d'une récente réunion sur les allergies du petit enfant, le Pr Philippe Humbert, qui exerce au CHU de Besançon, a affirmé que cette option donne de bons résultats. Et si Bébé est nourri au sein, un médicament luttant contre les spasmes digestifs pourra éventuellement être prescrit.

N'oubliez pas : pas d'énervement, car le bébé le ressent et cela peut se surajouter, voire initier des crampes.

N'hésitez pas à le mettre sur le ventre à condition de rester à côté de lui le temps qu'il faudra : en bougeant lui-même, il se massera le ventre.

Parfois un petit tour du quartier en voiture calme bébé quand on a pas d'autre moyen...

Dans tous les cas, n'hésitez pas à consulter votre pédiatre : mieux vaut être certain qu'il n'y a pas autre chose.

L'œil qui "pleure" sans cesse

Sans doute le canal lacrymal (permettant l'évacuation des larmes) est-il bouché. Cette obstruction assez courante favorise les conjonctivites avec des sécrétions jaunâtres (les larmes stagnant, I'infection apparaît). Celles-ci touchent toujours un seul oeil, alors que les autres, bactériennes ou virales, transmises par contagion, atteignent les deux. Dans un premier temps, le médecin va prescrire des collyres anti-infectieux, et peut conseiller de faire régulièrement un petit massage à l'angle interne de l'œil pour faciliter l'évacuation des larmes. Jusqu'à 3 mois, le taux de guérison spontanée est élevé. Après, en revanche, il diminue, et chute à partir de 6 mois. A ce stade, mieux vaut aller voir un ophtalmologiste : il débouchera le canaL avec une petite sonde. Un geste efficace, réalisé dans son cabinet. Si on consulte bien plus tard, l'intervention, plus difficile, devra être réalisée sous anesthésie générale et nécessitera souvent la pose d'un drain, pendant deux à trois semaines, afin d'éviter la re fermeture du canal lacrymal

Il régurgite un peu ... ou beaucoup

Que Bébé rejette un peu de lait après la tétée ou la prise du biberon, c'est classique. Mais il faut distinguer deux situations : de banales régurgitations et un véritable reflux. Si les régurgitations restent peu abondantes, se font sans effort (souvent au moment du rot) et sans douleur (il ne pleure pas), et si votre enfant reste par ailleurs en bonne forme, il n'y a pas lieu de s'inquiéter : son estomac est tout petit et les rejets " naturels " disparaitront peu à peu. En ce cas, il faut simplement éviter de le manipuler dans tous les sens après le repas (le changer de préférence avant), ne pas le coucher trop rapidement ensuite, et si possible surélever un peu sa tête (en plaçant un coussin sous le matelas, par exemple). Au besoin, le médecin peut conseiller d'épaissir le contenu des biberons ou de changer de lait, car certains favorisent plus que d'autres les régurgitations.

Les choses sont différentes si le bébé a des rejets abondants, fréquents, survenant plus ou moins à distance des repas, et s'il se met alors souvent à pleurer parce qu'il a mal ou s'il tousse la nuit, se réveille (sans doute à cause de la douleur). Il faut en parler au pédiatre sans tarder, parce qu'il peut s'agir d'un reflux gastro-Ïsophagien. En principe, le muscle situé à la jonction de l'œsophage et de l'estomac empêche le contenu de ce dernier de refluer vers le haut. Mais là, immature et trop faible, il fonctionne mal, et un reflux de lait de l'estomac vers l'œsophage se produit. Cela peut à la longue provoquer une inflammation et une irritation locales (oesophagite) dues aux remontées de sucs acides - d'où les souffrances -, et également empêcher le bébé de grossir normalement.

Environ un enfant sur cinq serait touché par ce trouble digestif jusqu'à 1 an (après, il devrait disparaître). Pour le supprimer, un lait antrégurgitations contenant un épaississant peut être prescrit. Souvent, ce changement améliore la situation. Sinon, le médecin conseillera éventuellement en plus un gel pour protéger la muqueuse de l'œsophage, ou un sirop formant une sorte de bannière sur le contenu de l'estomac. Si les symptômes persistent, d'autres causes sont évoquées, par exemple une allergie aux protéines de lait de vache, assez fréquente et justifiant l'emploi d'un lait anallergique.

Lorsqu'on allaite son bébé, il n'est pas obligatoire, heureusement, d'arrêter. Selon les cas, le médecin préconise un gel calmant les douleurs, un gélifiant à donner avant et après la tétée, voire un médicament agissant sur la motricité de l'estomac pour mieux le " vidanger ".

Il semble avoir mal quand il pleure

S'il a apparemment mal quand il tète, regardez dans sa bouche... Il est possible que votre bébé ait un muguet buccal. Cette mycose est due au Candida albicans, un champignon vivant normalement dans le tube digestif. Mais, à l'occasion d'une baisse des défenses immunitaires, ou d'un déséquilibre de la flore digestive suite à un traitement antibiotique, il prolifère et envahit la bouche. Signes caractéristiques : la langue, d'abord très rouge, ainsi que la face interne des joues, se couvrent de plaques blanchâtres (à ne pas confondre avec des dépôts de lait qui, eux, s'enlèvent facilement). Le muguet gêne la succion, peut la rendre douloureuse ou faire perdre du poids au tout-petit. Le médecin prescrit un antibiotique sous forme de solution ou de gel à appliquer sur les lésions. Ce soin est efficace, à condition de le poursuivre une dizaine de jours et de procéder parallèlement au traitement antifongique des tétines avant de les stériliser (ou de traiter les mamelons en cas d'allaitement).

Faute de quoi, Bébé va se re contaminer... Il arrive quelquefois que la mycose s'étende au tube digestif (vomissements, selles molles ou diarrhées, irritation des fesses...). Un traitement par voie générale doit alors être effectué.

Annick Beaucousin, Top Famille Magazine juin 2001 n°14




 





Annuaire rachat crédit - Jeux et activités pour enfants

Grossesse-bebe est un site d'information gratuit sur la grossesse, les bébés et les enfants
N'hésitez pas à nous envoyer par mail vos astuces.